Le Département d’architecture de l’ETH Zurich (D-ARCH) a développé son programme «Urban Laboratory – Addis Abeba» se rapportant à la capitale éthiopienne, en appliquant des formules pratiques de développement. Les connaissances acquises seront aussi transposables à d’autres métropoles.

L’«Urban Laboratory – Addis Abeba» est une recherche initiée par le D-ARCH et d’autres partenaires. Elle doit contribuer à stimuler le dialogue Nord-Sud. Son objectif est de montrer comment maîtriser les questions écologiques, sociales et économiques résultant de la vertigineuse croissance de population prévue dans une ville et, avec elle, un pays tout entier. Les chercheurs partent du point de vue que la population éthiopienne passera de 78 millions – actuellement – à 120 millions au cours des quinze prochaines années. Du fait que les secteurs ruraux ont tendance à se dépeupler, la croissance doit se concentrer sur la capitale, qui déborde aujourd’hui déjà, ainsi que sur ses environs.

Aucune solution idéale n’existe dans la pratique

Cette initiative de recherche se focalise sur les thèmes de la population, de l’eau, de l’espace, des constructions/matériaux, du capital, de l’information et de l’énergie. Ce n’est pas la situation statique actuelle qui est mise au premier plan, mais la ville vue sous l’angle de système dynamique et son développement depuis le XIXe siècle jusqu’aux zones incertaines de la future décennie. Les chercheurs partent du principe que pour Addis-Abeba, la solution idéale n’existe pas. Cette ville est trop hétérogène, trop difficile à cerner et trop dynamique. Compte tenu de cet arrière-plan, l’Urban Laboratory emploie la méthode de l’essai afin de présenter des scénarios de développement et rechercher comment maîtriser ce défi écologique, social et culturel du point de vue ressources et obstacles techniques.

Apporter le savoir-faire sur place

L’une des conséquences directes de l’initiative de D-ARCH est le nouveau «Ethiopian Institute of Architecture, Building Construction and City Development» qui a commencé ses activités à mi-octobre 2009 à l’Université d’Addis-Abeba. Pendant la phase de lancement, la direction de l’institut est confiée à un spécialiste de D-ARCH.

Cette initiative de recherche présente des approches d’ordre général à propos d’Addis-Abeba et de l’Ethiopie, dont les perspectives sont susceptibles d’être développées pour les territoires du XXIe siècle de croissance toujours plus grande. Le développement durable et la qualité de vie de la population de tels centres en sont les points essentiels.